Le parent qui organise volontairement son insolvabilité, n’est pas dispensé de contribuer à l’entretien et à l’éducation de ses enfants.
Civ. I, 5 mars 2014, n° 12-35.221