L'imposition sur les plus-values latentes d'actions communes attribuées à l'un des ex-époux constitue une dette future et hypothétique qui ne naîtra, le cas échéant, qu'après la dissolution de la communauté et ne peut donc être inscrite au passif de celle-ci. 
Civ. I, 14 mai 2014, n°13-16.302