Une prison pour certains, une liberté... fondamentale pour d'autres. C'est ce dernier point de vue qu'a soutenu le juge des référés du Conseil d'Etat. Ainsi, le refus de délivrance par le Ministre de l'Intérieur d'un visa à un ressortissant sénégalais résidant au Maroc qui souhaite se marier à son compagnon français sur le sol français est manifestement illégal. 
CE. ord. 9 juillet 2014, n°382145