La date de jouissance divise doit être fixée à la plus proche du partage, sauf s’il est de l’intérêt des copartageants et de l’égalité du partage de retenir une autre date. Cet intérêt est recherché par les juges du fond.
Civ. 1re 26 juin 2013 n°12-13.366