La Cour de cassation considère que c’est au jour de la requête en divorce que s’apprécie le domicile respectif des époux. Or, à cette date, ils résidaient tous deux en France. Par conséquent la loi française est applicable. 
Civ. I, 30 avril 2014 n° 12-21.340