Les juridictions de l’Etat membre d’origine conservent leur compétence lorsque l’enfant a été enlevé de manière illicite, et cela même s’il a été ramené de façon discutable.
Civ. I, 5 mars 2014, n° 12-24.780