Le divorce par consentement mutuel représentait en 2014 54% des divorces prononcés.

 

De manière à désengorger les tribunaux, à compter du 1er janvier 2017, il sera désormais possible de divorcer sans passer devant le juge.

Chaque époux devra obligatoirement être assisté par son propre avocat. La convention de divorce sera établie par les deux avocats et sera enregistrée chez le notaire.

En revanche la comparution des époux devant le juge restera obligatoire si un enfant mineur demande à être entendu par le juge.