L’acquisition indivise faite par moitié, alors que Madame était aux termes de l’acte de vente, sans profession, et que le couple avait eu ensemble deux enfants à l’époque de l’acquisition, établit l’intention libérale en faveur de celle-ci, indépendamment de toute notion de rémunération. Une telle donation emportait nécessairement renonciation du concubin à se prétendre créancier de l’indivision au titre des remboursements du prêt effectué par lui seul, jusqu’à la séparation du couple.
Civ. I, 2 avril 2014, n°13-11. 025