Le bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie peut valablement décider que les primes sont manifestement exagérées afin qu'une fraction des sommes versées par la compagnie d'assurance soient réintégrée à l'actif successoral.
Civ.1ere 10 décembre 2013 n°12-22.424