Pour retenir que des primes versées sur un contrat d’assurance vie ne présentent pas un caractère manifestement excessif, les juges du fond doivent vérifier que ces primes ne sont pas exagérées par rapport à la situation patrimoniale et familiale du souscripteur au jour de leur versement et que le contrôle présente une utilité pour celui-ci notamment compte tenu de son âge et de son état de santé.
Civ. I, 19 mars 2014,  n° 13-12.076